C’est à la fin du XIXème siècle que la sociologie a inventé la notion de catégorie. Il fallait se débarrasser des « fausses évidences », des « catégories empiriques »(*) pour construire des catégories à partir des « faits sociaux ».

Aujourd’hui, les catégories sont largement utilisées par les universitaires, les responsables politiques, les autorités de santé, les associations, les travailleurs sociaux pour sonder la société et rechercher des moyens d’agir sur les groupes de personnes rattachés à telle ou telle catégorie.

Ainsi si l’on s’occupe de chômeurs utilisera-t-on des catégories comme « cas lourd », « réinsérable », « âgé », « invalide ». Si on s’intéresse à la démographie, la notion de génération (babyboomers, génération X ou Y) s’impose. Dans le domaine de la santé publique, l’utilisation de catégories est systématique pour étudier ou recommander un médicament ou un protocole de soin. Ainsi les « GIR », qui classent les personnes en 6 catégories suivant leur degré d’autonomie : comme la très large majorité des français, l’auteur de ces lignes est rattaché aujourd’hui à la catégorie « GIR 6 » … (personnes autonomes dans tous les actes de la vie courante). Toutefois, l’utilité des GIR ne peut être contestée, car c’est par eux qu’est financée et d’organisée l’aide solidaire de notre société au bénéfice des personnes dépendantes.

L’économie s’est mise à son tour aux catégories, caressant le rêve que des séniors, toujours plus nombreux, viendront au secours de l’industrie. Les catégories se téléscopent : jeunes retraités ; retraités actifs, paisibles, ou installés ; retraités âgés, dépendants ou en bonne santé, fragiles ; grands aînés … Ces catégories ne sont-elles pas, comme à la fin du XIXème siècle, de fausses évidences dont il faut se méfier ?

Les professionnels de l’aide aux personnes âgées ou dépendantes conviendront certainement qu’il faut se garder des stéréotypes et prendre du recul, car chaque situation est unique. Au moment où les catégories utilisées par la sociologie sont en crise (par exemple, les classes sociales, les statuts, le pouvoir), nous devons veiller à ne pas succomber à la facilité de mettre les personnes dans des « boîtes ». C’est ce qu’ont entrepris les adeptes de la sociologie pragmatique, pour lesquels les personnes ne sont pas seulement « contraintes » par la société comme l’enseignait Pierre Bourdieu, mais ont un libre arbitre et parviennent ainsi à vivre avec elle.

Serge Guérin, l’auteur de « La nouvelle société des séniors »(**), écrit qu’ « affirmer que chacun peut suivre son propre chemin, c’est bien prendre de la distance avec une vision déterministe de la sociologie des individus ». L’idée qu’il défend est que l’aide humaine aux plus fragiles est une « démarche d’innovation sociale » à laquelle participent les professionnels de l’aide comme les aidants. En reconnaissant à son niveau que la personne aidée suit son chemin propre et peut aider à son tour d’autres personnes, chaque professionnel de l’aide à domicile, chaque aidant, contribue à changer la société pour la rendre plus bienveillante et généreuse.

 

J. Bourdariat

 

(*) Durckheim Emile, 1895, Les règles de la méthode sociologique, Félix Arcan éditeur, p. 41
(**) Guérin Serge, 2011, La nouvelle société des séniors, Michalon éditeur, 224 p